Inscrit? Vérifiez! 01 40 82 26 45

Vérifiez que vous êtes bien inscrit sur les listes

Dimanche prochain 26 novembre auront lieu des élections qui renouvelleront la moitié des membres du Consistoire de Paris-Île-de-France, soit 13 élus pour huit ans. Il est important, en ce temps où des problèmes graves assaillent la communauté juive de France en son sein et au dehors d’elle, de rappeler l’esprit dans lequel l’équipe nouvelle doit les affronter.

Des personnalités qui ont œuvré au sein de cette institution créée par Napoléon premier comme les Grands Rabbins David Sintzheim, Zadoc Kahn, Isaïe Schwartz, ou Jacob Kaplan, membre de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, furent exemplaires parce qu’ils incarnèrent le Judaïsme français et son esprit qu’ils retrouvaient dans la culture française accueillante, ouverte et tolérante. Parmi les Présidents du Consistoire pendant et après la guerre il faut rappeler la mémoire d’hommes valeureux comme Léon Meiss magistrat français, Président de la 11e chambre de la Cour d’appel de Paris et conseiller à la Cour de Cassation. Comment oublier les personnalités prestigieuses qui ont fait l’honneur de ce pays et de notre communauté comme Adolphe Crémieux, Alphonse, Édouard et Guy de Rothschild ou l’Amiral Louis Kahn et bien d’autres noms encore qui ont marqué l’histoire de la France d’un sceau inaltérable ? Chacun de ces Grands Rabbins, et chacun de ces Présidents de Consistoire, du XVIIIe au XXe siècle, a donné le témoignage que la fidélité au Judaïsme n’était en rien contradictoire avec l’attachement à la France républicaine et laïque et que l’antisémitisme était une insulte à la France autant qu’au Judaïsme.

L’équipe qui va être élue aura pour fonction de veiller à la spécificité du Judaïsme français en dehors de toute surdétermination qui divise la communauté au lieu de la rassembler. Elle devra assurer son unité au-delà de toute exclusion. Tout le monde peut comprendre que le Consistoire, en tant que représentant de tous les Juifs de France, prenne le devoir de garantir la vie rituelle, cultuelle et culturelle de la communauté.

Elle devra aussi garantir l’autre caractéristique du Judaïsme français, le dialogue entre la sagesse des Nations et la sagesse juive. Elle défendra donc la vocation républicaine choisie par les Français autant que l’identité juive parce qu’aucune contradiction n’existe entre les deux identités. C’est le Consistoire qui fournit à tous les Juifs, religieux ou non, attachés à la communauté ou non, et à tous les Français également, les moyens et les voies par lesquels le dialogue entre la laïcité et la religion se construit dans le respect et dans l’enrichissement réciproque.

Et comme le Judaïsme n’est pas l’unique religion en France, le Consistoire ne peut éviter, sous peine de conséquences graves, pour les Juifs de France et pour l’État d’Israël, d’entretenir et d’améliorer le dialogue délicat entre les Juifs, les Chrétiens et les Musulmans. C’est tout à son honneur d’organiser et de participer à des séminaires judéo-chrétiens et judéo-musulmans. L’une de ses fonctions essentielles est d’élever le niveau intellectuel et spirituel des coreligionnaires pour qu’ils l’aident à assurer la paix, la solidarité et la responsabilité dans la communauté. Les termes de Judaïsme, de Laïcité, d’Israël et de France se combinent, se conjuguent parce qu’ils traduisent les quatre options dialectiques de l’identité juive française. Aucune des quatre options ne peut en être exclue ou dévalorisée par rapport aux autres.

En un mot, les tâches importantes du Consistoire se retrouvent dans les huit chantiers définis dans la liste que David Revcolevschi nous propose.

Il faut la lire attentivement car elle désigne les voies par lesquelles le rassemblement et l’unité de la communauté juive de France peut être assurée et perpétuée au sein du Judaïsme mondial qu’il maîtrise parfaitement par la connaissance et l’expérience qu’il en a. Sa pratique et sa science du Judaïsme, apprises dans sa famille, au cours de ses études et dans ses investissements communautaires, sont au fondement de son engagement, de son dévouement et de sa droiture .
Il sera assurément capable avec ses huit co-listiers d’oeuvrer pour un Judaïsme accueillant au plus près des besoins des femmes et des hommes de notre communauté.

Armand Abecassis
Professeur émérite des universités, philosophe


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *